FAQ - Questions fréquentes

FAQ - écologique

Almighty Tree

Almighty Tree contribue à la gestion durable des forêts en proposant ses services de plantation d’arbres aux particuliers et aux entreprises. Cherchant à concevoir un avenir durable et à améliorer le bien-être social, économique et environnemental de nos communautés, Almighty Tree se concentre sur la valorisation de notre patrimoine boisé, ainsi que sur le développement de nos forêts et de la biodiversité en Suisse, tout en sensibilisant la population et les entreprises en les rapprochant de la nature. Depuis 2020, environ 5000 arbres ont été plantés.


Almighty Tree s’engage à préserver, protéger et mettre en valeur nos belles forêts suisses. En collaboration avec des experts forestiers de plusieurs cantons en Suisse romande, Almighty Tree se concentre sur le reboisement et la préservation de la biodiversité à travers plusieurs actions : la plantation de nouveaux arbres avec une sélection d’essences en fonction de la région, des besoins et du réchauffement climatique ; l’élaboration de haies naturelles pour la biodiversité ; la préservation d’arbres-habitats ; et la promotion de l’agroforesterie.

Rendez-vous directement sur la plateforme de notre partenaire Almight Tree:

https://fr.almightytree.ch/co2calculator-individuals

Vous recevrez un certificat prêt à imprimer par e-mail à votre nom.

En Suisse, nous plantons des arbres deux fois par an, au printemps et en automne

Nous garantissons qu’un arbre sera bien sélectionné par un expert forestier en fonction de la biodiversité et le besoins de la région.

Pour le moment nous plantons des arbres essentiellement dans le canton de Vaud, Fribourg et Argovie.

FAQ - funéraire

C’est le document couchant sur la papier toutes vos volontés concernant vos obsèques. Cette fiche peut être remplie avec prévoyance funéraire ou non. Ce sont des instructions qui seront utiles pour guider vos proches au crépuscule de votre vie. Il est conseillé de garder cette fiche en un lieu sûr et que vos proches sauront retrouver aisément.

Les instructions que vous pourrez définir permettront de ne pas imposer à vos proches la tache difficile de faire les choix qui concernent vos obsèques. Vous pouvez ainsi fixer de manière claire les actions à réaliser après votre décès.

Vous pourrez egalement créer votre liste qui répertorie les documents qui seront utiles à vos proches pour savoir quoi faire en cas de décès ou d’inaptitude. Il est indispensable de bien la transmettre à des personnes de confiance ou de leur communiquer la manière dont il peuvent la retrouver.

Mais également d’indiquer le lieux de dépot de ces documents. Cela permettra de remettre la main immédiatement après votre décès sur vos dernières volontés.

Cette liste peut grandement faciliter la vie de vos proches en réglant les détails administratifs liés à votre décès. Elle rendra plus simple l’annulation des abonnements et frais que vous aviez contractés. Elle permettra de rapideme

Nous vous fournissons un modèle sobre de directives médicales anticipées, adaptées et pertinentes. Il vous permettra, en pleine disposition de vos moyens, d’exprimer ce que vous acceptez ou non en termes de traitement médical ou de prise en charge. Il est primordial de l’anticiper, cette expression étant bien sûr impossible ou irrecevable en cas de démence, d’impossibilité de s’exprimer ou d’inconscience pure et simple. Ces directives sont impératives pour le corps médical et pour vos proches, il ne peuvent les contourner.

Pour autant que vous soyez capable de discernement, vous avez, en tant que patient-e en Suisse, le droit de définir les mesures et traitements auxquels vous consentez et ceux que vous refusez. Les directives anticipées vous permettent de déterminer aujourd’hui les actes médicaux que vous acceptez et ceux que vous rejetez pour le jour où vous deviendriez incapable de discernement. Elles matérialisent votre volonté et ont une valeur contraignante

Remettez-en une copie à la personne de votre choix et informez-le de l’endroit où vous avez déposé l’original.

Toutefois, avec un abonnement de Dernier Voyage, nous nous porterons garant de vos dernières volontés une fois celle-ci remplies et retournées, notamment vos directives anticipées. 

Conservez votre mandat en un lieu facile à trouver, idéalement avec d’autres documents importants. Remettez-en une copie au mandataire et informez-le de l’endroit où vous avez déposé l’original.
Nous vous recommandons de faire inscrire la constitution et le lieu de dépôt de votre mandat pour cause d’inaptitude au registre d’état-civil de votre commune. Certains cantons offrent en outre la possibilité de déposer le mandat auprès de l’autorité de protection de l’adulte. Toutes ces prestations sont payante. Cependant, Dernier voyage vous offre la possibilité d’être déposé chez elle. ainsi nous nous portons garant avec notre permanence téléphonique 24/7 au 0848 777 808

ll existe plusieurs façons de révoquer des directives anticipées déposées auprès de Dernier Voyage:

  • Vous pouvez envoyer une déclaration écrite en ce sens, datée et signée de votre main.
  • Vous pouvez déposer de nouvelles directives anticipées – l’ancienne version perdant alors automatiquement toute validité. Si vous avez conservé vos directives anticipées à votre domicile, il vous suffit de détruire le document.

Enfin, aussi longtemps que vous êtes capable de discernement, vous pouvez bien entendu modifier oralement vos instructions à tout moment dans le cadre d’un traitement. Vos directives ne s’appliqueront que si vous êtes incapable de discernement.

Non. En Suisse, il n’est pas nécessaire que vos directives anticipées soient authentifiées par un officier public dans la mesure où les exigences formelles (capacité de discernement, indications sur l’identité, lieu et date, signature manuscrite du disposant) sont satisfaites.

Notre modèle de testament vous permet d’avoir la main sur le devenir de vos biens en cas de décès. Si vous ne faites pas de testament, la règle du code civil s’applique par défaut (art. 457 à 466). Celle-ci n’est pas forcément conforme à vos vœux ou à votre situation.

Le testament est un principal facteur dans les organisations des obsèques. Ce document permet, après votre décès, à vos proches de mener les différentes tâches avec plus de facilité. 

Le testament olographe

Le testament olographe (voir art. 505 CC) est écrit de la main du testateur du début à la fin. Il doit être daté et signé.

Relisez bien chaque phrase pour éviter les malentendus. Les formulations peu claires peuvent provoquer des disputes parmi les héritiers. Une tournure comme «Ma nièce Anna peut avoir la maison» peut être interprétée de diverses manières: A quelles conditions Anna peut-elle avoir la maison? Doit-elle payer une certaine somme aux autres héritiers?

L’idéal est de faire contrôler son testament par un notaire, un avocat ou un autre spécialiste du domaine.

Selon votre situation, il peut être pertinent de joindre à votre testament une attestation médicale de votre capacité de discernement. Une telle attestation empêche, notamment, que votre testament soit considéré comme non valable pour cause de maladie (p. ex. début de démence).

Informations à renseigner lors de la rédaction d’un testament manuscrit :

Il s’agit de :

  • titre « Testament » ;
  • nom ;
  • prénom(s) ;
  • date de naissance ;
  • lieu d’origine ;
  • mention de la révocation d’un testament antérieur ;
  • les dispositions testamentaires : vous pouvez faire en sorte que certaines personnes reçoivent plus ou moins que ne le prévoit la loi. Vous devez uniquement respecter les réserves des héritiers légaux  (parts minimales de la succession) prévues par la loi
  • Vous pouvez aussi léguer des objets (bijoux, collections) ou des valeurs patrimoniales (argent, immeuble) à certaines personnes  et prévoir des charges et des conditions. Vous pouvez aussi affecter votre fortune à la création d’une fondation dans un but déterminé.
  • disposition de fin de vie ; (Evitez d’indiquer dans votre testament vos volontés quant à vos funérailles, les testaments n’étant souvent trouvés et ouverts qu’après ces dernières)
  • lieu, la date et la signature.

N’oubliez pas de révoquer tous vos testaments antérieurs. Si vous faites une adjonction ou une modification, elle doit clairement apparaître comme telle dans le testament. Elle doit être manuscrite, datée et signée. Si vous supprimez votre testament, il est automatiquement révoqué.

Le testament public

Le testament public (voir art. 499 CC) est rédigé non pas par le testateur, mais avec un notaire ou un officier public. Le notaire et deux témoins authentifient le testament. Les témoins ne peuvent ni être des membres de votre famille, ni figurer dans votre testament.

Par leur signature, les témoins confirment leur capacité de discernement, sans connaître le contenu du testament.

Le testament public est déposé auprès de l’autorité compétente, par exemple à l’office des successions ou chez le notaire.

Pour en savoir plus sur nos services, vous pouvez prendre contact avec nous par appel téléphonique ou par e-mail : info@dernier-voyage.ch.

Ce sont des instructions qui seront utiles pour guider vos proches au crépuscule de votre vie. Il est conseillé de garder cette fiche en un lieu sûr et que vos proches sauront retrouver aisément. Cette feuille demande à être jointe, lors de tous vos écrits en rapport avec vos obsèques.

Votre carte de membre qui sert à communiquer expressément à tous les services impliqués, vos attentes et instructions. Elle précise également l’existence d’un document de fin de vie à l’instar du testament. Plus précisément, votre carte membre comprend :

 

Les tâches suivantes doivent être accomplies le plus rapidement possible après un décès.

Par quoi dois-je commencer ?

Lors d’un décès au domicile

Lors d’un décès au domicile, vous pouvez prendre contacte soit avec votre médecin de famille, soit avec la centrale des médecins de garde (0848 133 133) ou la police (117) afin de faire constater le décès.

Vous pouvez ensuite nous appeler au 0848 777 808 de jour comme de nuit.

__________

En cas de mort accidentelle ou suspecte

Vous devez impérativement téléphoner au plus vite à la gendarmerie (117). Elle se chargera de faire intervenir une entreprise de pompes funèbres de la région ou celle de votre choix.

__________

Dans un établissement hospitalier, ou un EMS

Les constats de décès sont faits par un médecin de l’établissement. A vous ensuite de prendre contact avec nous pour que nous puissions vous guider et vous accompagner.

__________

Avant l’enterrement

Il y a beaucoup de choses à préparer en très peu de temps. Heureusement, vous pouvez compter sur notre aide. et nos partenaire de pompes funèbres.

 

 

Il existe plusieurs formalités administratives à respecter après un décès. L’annonce du décès aux différentes autorités est très capitale. Ainsi, importe-t-il de porter l’annonce du décès à l’état civil, à la caisse AVS ou encore à l’office des impôts. Il faut préciser que ces démarches, en plus d’être fastidieuses, sont très longues et peuvent accroître votre stress. Pour ce faire, vous pouvez laisser ces démarches à Dernier Voyage et ses associés. Nos partenaires funéraires disposent d’expériences dans ce domaine et traitent vos dossiers avec une certaine rapidité. Cela vous permet de gagner du temps dans la préparation de vos funérailles.

 

lors d’un décès, les proches ont besoin de vos informations.

Il s’agit de :

  • notre ligne téléphonique au numéro 0848 777 808. D’ailleurs, ce contact se trouve déjà sur votre carte d’abonné ainsi que les différentes procédures en cas d’urgence ;
  • papiers attestant votre identité ;
  • Et des documents de votre fin de vie.

C’est pourquoi il est nécessaire de tenir informés vos proches.

Après l’enterrement 

ils doivent nécessairement avoir un accès à vos divers contrats et documents tels que :

Documents à transmettre aux services cantonaux compétents: 

  • Testament
  • Pacte successoral
  • Contrat de mariage

Important : en cas de surendettement, clarifiez la situation. Si des doutes persistent, demandez à ce qu’un inventaire officiel soit dressé dans un délai d’un mois à compter du décès. Vous pouvez répudier la succession dans les trois mois suivant le décès.  

 le cas échéant, les assurances souscrites par la personne décédée à informer ou résilier:

  • Caisse-maladie
  • Assurance accident
  • Assurance-vie
  • Assurance ménage
  • Assurance auto et responsabilité civile privée

Où clarifier mes droits à une rente (rente de veuve, de veuf, d’orphelin et autres) ?

  • Caisse de compensation AVS
  • Caisse de pension
  • Assurance accident
  • Autres : votre 2ème pilier (LPP/AVS) et à votre 3ème pilier (compte bancaire, 3a ou police d’assurance vie) ;

Document et contrats à clarifier, voire résilier: 

  • Bail à loyer
  • Abonnement de téléphonie mobile
  • Raccordements internet, téléphone fixe, radio, télévision
  • Entreprise d’électricité
  • Contrats liés à des cartes de crédit
  • Abonnements de transports publics
  • Abonnements à des journaux et à des magazines ou souscription sur internet
  • Contrats de leasing
  • Compte bancaire
  • Abonnement à une salle de sport
  • Affiliation à des association et clubs
  • Service militaire ou protection civile
Toutefois, un pépin se pose quant à la gestion de vos différents comptes sur les diverses plateformes dans l’optique de mettre fin à ces comptes. Cependant, nous restons velontier à votre disposition.

À quels autres points doivent-ils encore penser ?

  • Vider le logement avec une entreprise de déménagement ou un brocanteur
  • Rassembler les héritiers dans le cadre de la succession, notamment du partage successoral

Demander le soutien d’organisations ou dernier voyage pendant la période de deuil.

Décès d’un citoyen suisse à l’étranger

  • L’autorité étrangère en informe la représentation suisse.
  • A défaut, les proches peuvent transmettre l’acte de décès établi à l’étranger à la représentation suisse.
  • La représentation suisse le fait ensuite parvenir à la commune d’origine du défunt.
  • Si une personne souhaite reposer en Suisse, la représentation suisse s’occupe également des documents nécessaires au rapatriement.

La démarche requise lorsqu’un citoyen suisse meurt à l’étranger est d’alerter l’autorité locale. Cette dernière informe en retour la représentation suisse présente dans le pays tel que l’ambassade, s’il y en a une.

C’est alors qu’il faut décider s’il faut organiser les obsèques sur place ou rapatrier le corps.

Les liens suivants existent pour votre situation ou votre région:

Répresentations suisses à l’étranger

Dernier Voyage opère avec plusieurs partenaires funéraire qui sont entre autres des sociétés de pompes funèbres qui couvrent le sol suisse et international. Ces sociétés s’engagent à respecter de façon stricte notre charte d’éthique. Ainsi, ces dernières nous aident à mettre la lumière sur tout ce qui entoure l’au-delà.

On entend par le rapatriement de corps, le fait que le défunt doit être acheminé en dehors des frontières suisses vers la destination choisie. Le rapatriement se fait ,dans la plus grande majorité des cas, par voie terrestre ou par avion.

Ce transport de corps doit obligatoirement être organisé par une entreprise de pompes funèbres et ne peut donc en aucun cas être effectué par la famille. Le transport de corps à l’international est très réglementé et soumis à des codifications très strictes en matière sanitaire. Il dépend non seulement de la législation suisse mais aussi des conditions mises en place par le pays de destination. Dernier Voyage et ses partenaire s’occupent de toutes les étapes du processus.

Formalités à remplir

Le transport de corps est donc très réglementé et soumis à diverses prescriptions. Certaines sont ordonnées par les autorités et d’autres par les compagnies aériennes qui fixent leurs exigences en fonction des destinations et qui peuvent représenter un problème de compatibilité pour le type d’obsèque prévu :

  • le cercueil en bois doit être placé dans un caisson hermétique en métal qui doit être soudé à froid (ce qui pose un soucis pour la crémation)
  • certaines compagnies aériennes exigent que le cercueil soit installé dans un caisson en bois
  • des soins de conservation doivent être pratiqués sur la dépouille, ce qui est interdit en cas de maladie infectieuse transmissible
  • d’autres compagnies aériennes imposent que le corps ait subi un traitement par thanatopraxie
  • enfin, les urnes sont totalement interdites en cabine

Les documents administratifs

Encore une fois, le transport du corps est soumis à de nombreuses autorisations à obtenir. En effet, il est régi par les lois suisses et étrangères mais aussi par le droit international.

Ainsi, la famille doit fournir divers certificats :

  • l’acte de décès
  • un certificat de décès délivré par l’Office cantonal
  • un certificat de non-contagion délivré et signé par un médecin
  • un avis de non-épidémie délivré par un médecin cantonal
  • un procès-verbal de fermeture du cercueil signé par le fonctionnaire y ayant assisté
  • un laissez-passer mortuaire de la part du pays de destination

Tous ces documents sont présentés à l’état civil qui vous délivre un acte de décès authentifié ou un extrait pour vos procédures douanières. 

Pour les non-ressortissants de la Suisse, en plus des documents ci-dessus, il faut :

  • l’acte de naissance du ou de la conjoint(e) survivant ;
  • l’acte de naissance du défunt ;
  • le certificat de mariage.

Au cas où vous ne disposez pas de tous ces documents pour remplir les formalités, l’état civil vous donne un extrait provisoire en vue d’entamer les démarches douanières.

Le coût d’un transfert

Relativement complexe et soumis à une réglementation pointue, le transport d’un défunt à l’international exige l’intervention de pompes funèbres expérimentées.

L’intervention de telles entreprises représente un coût pour :

  • la préparation du corps
  • la fourniture d’un cercueil adéquat
  • le choix du transport
  • les démarches administratives

Il est à noter qu’un transport par la route sera évalué en fonction de la distance de trajet alors qu’un rapatriement aérien dépendra du poids du cercueil.

Néanmoins, les démarches ne sont pas les mêmes s’il s’agit d’un décès à l’étranger.

Les documents requis pour rapatrier un urne cinéraire avec les cendres sont les mêmes que ceux pour le corps d’un défunt(e). L’urne cinéraire doit être bien soudée et scellée avant de pouvoir être transportée. Ainsi, elle est autorisée à être transportée après le contrôle des formalités administratives effectuées. En plus, il est nécessaire de tenir informées les douanes des pays de transit et de présenter le laissez-passer afin qu’ils puissent connaître l’identité du ou de la défunt(e). Toutefois, Dernier Voyage peut se charger de toutes les formalités administratives avec ses entreprises partenaires.

Corbillard

Véhicules utilisés pour le transport de personnes décédées doivent être spécialement aménagés et uniquement destinés à cet effet. Seules les entreprises de pompes funèbres sont habilitées à transporter des corps.

Dans la commune

Si le lieu de sépulture se situe dans la commune où s’est produit le décès, l’établissement formel d’un permis d’inhumer ou d’incinérer n’est pas indispensable.

Dans une autre commune

Le transport de la personne décédée dans une autre commune nécessite:

  • l’établissement d’un permis d’inhumer ou d’incinérer par le préposé de la commune du lieu de décès;
  • l’accord écrit ou oral du préposé de la commune du lieu de destination.

Dans un autre canton

 Le transport de la personne décédée dans un autre canton nécessite:

  • l’établissement d’un permis d’inhumer ou d’incinérer et d’un laissez-passer par le préposé de la commune du lieu de décès;
  • l’accord écrit ou oral du fonctionnaire désigné du canton de destination.

A l’étranger

Lorsque le lieu de sépulture se situe à l’étranger, le transport de la personne décédée nécessite:

  • le laissez-passer du préfet du district dans lequel est survenu le décès;
  • l’établissement d’un procès-verbal de mise en bière par la commune du lieu de décès.
 

Non, votre famille ne peut pas changer vos dernières volontés. L’objectif de Dernier Voyage est de veiller à ce que vos dernières volontés soient respectées. Ainsi, lors des funérailles, les souhaits du ou de la défunt(e) prennent un grand pas sur ceux de son entourage.

Les cendres restent à la disposition des proches et leur transport est libre. Il est possible de les conserver à domicile, de les disperser ou de les enterrer dans la nature.

DESTINATION DES CENDRES

Columbarium 

Un columbarium est un lieu où sont déposées, dans des niches, les urnes contenant les cendres des personnes incinérées.

Inhumation dans un cimetière

Les tombes cinéraires sont destinées à accueillir une ou plusieurs urnes.

Les cendres contenues dans une urne peuvent être inhumées dans une tombe à la ligne ou dans une concesssion d’une personne déjà décédée, moyennant l’accord des proches parents de celle-ci.

Il est également possible de faire sceller une urne sur une tombe déjà existante.

Jardin du Souvenir

Il s’agit d’un emplacement réservé pour le dépôt anonyme des cendres, sans urne ni autre contenant.

En général, il n’y a pas de limite de durée de dépôt dans le Jardin du Souvenir.

domicile

En Suisse, rien ne vous oblige à laisser reposer les cendres dans un cimetière. Il vous est donc possible de les conserver à votre domicile.

Vous pouvez également les enterrer dans votre jardin ou dans un terrain, pour autant que ce ne soit pas une propriété privée qui ne vous appartient pas.

Dispersion des cendres

Il est tout à fait possible de procéder à la dispersion des cendres d’un défunt en un ou plusieurs endroits (lac, forêt, montagne, rivière etc).

En Suisse, de plus en plus de personnes choisissent de disperser les cendres en pleine nature, selon les dernières volontés du défunt ou le choix de ses proches.

Transport en Suisse ou à l’étranger

Le transport des cendres est libre en Suisse et ne nécessite aucune dispositions particulières.

Pour le transport des cendres à l’étranger, il convient de faire sceller l’urne.

L’incinération est une technique de transformation par l’action du feu. Elle est utilisée pour le traitement des déchets au moyen d’un incinérateur. La crémation est un procédé funéraire qui vise à brûler et réduire en cendres le corps d’un être humain décédé

Elles ne peuvent avoir lieu qu’après l’annonce du décès aux autorités compétentes, entre 48 et 96 heures après le décès, voire 120 heures si le corps a été conservé dans une chambre réfrigérée

Les funérailles se composent de deux moments:

  • Le transport du corps de la morgue au lieu de cérémonie.
  • La cérémonie en elle-même.

Afin que ce moment de passage se passe dans les meilleures conditions:

  • respecter les dernières volontés du défunt,
  • définir le mode de sépulture ainsi que le lieu, la date et l’heure des funérailles et éventuellement de la cérémonie funèbre.

Non, vous êtes libre de décider de la forme d’adieu à vos défunts au cours des obsèques. Cette précision est capitale pour Dernier Voyage. 

Toutefois, les obsèques, qu’elles soient religieuses ou non, sont des étapes qui vous permettent de vivre et d’accepter le deuil avec une tranquillité d’esprit.

Dans une chambre funéraire ou un funérarium : :

Le funérarium est un établissement géré généralement par une entreprise de pompes funèbres ou par une municipalité. Ce lieu calme et intime permet aux parents du défunt de se recueillir sereinement avant les obsèques.

Ouvert 24/24h, le funérarium est composé de différentes pièces telles qu’un salon et la salle funéraire en elle-même

À domicile du ou de la défunt(e) :

Cette disposition est valable, pour autant y respecter certaines mesures :

  • choisir une habitation individuelle et de préférence au rez-de-chaussée, accès facilité pour la mise en place du cercueil.
  • choisir une maison avec une grande salle aérée pouvant accueillir le défunt et les individus désirant se recueillir.
  • Bien soigner le corps du défunt afin d’amoindrir les risques parcourus à l’exposition du corps dans un environnement non frigorifié.

Dans une crypte privée ou une chapelle privée :

Ces lieux appartiennent aux entreprises de pompes funèbres et doivent être loués pour procéder aux obsèques qu’elles soient laïques ou religieuses.

Dans une église :

Lieu appartenant à une église où peuvent être organisées des cérémonies réservées aux chrétiens.

Phase importante pour vivre et accepter le deuil, le recueillement est ce moment qui rassemble toute la famille et les proches autour du défunt. C’est l’occasion pour tous les présents de lui faire leurs derniers adieux. Cette pratique est présente dans de nombreuses religions. En effet, dans certaines religions notamment catholique, musulmane ou juive, ce rite funéraire se tient avant l’inhumation.

Ainsi, on estime qu’il est important d’accompagner le corps avec les prières afin qu’il puisse reposer en paix. Il est de moins en moins observé aujourd’hui. Cependant, c’est possible d’en faire la demande à l’entreprise funéraire pour respecter les derniers souhaits du défunt. Par ailleurs, les dispositions sont différentes quand il s’agit de la perte d’un enfant.

Nos abonnement ne prennent pas en charge les suicides pour le moment. Cependant, nous pouvons comprendre les personnes voulant lutter contre l’acharnement thérapeutique en faisant appel à des organisations type “Exit” ,qui aide les personnes à mourir dans la dignité. 

Le paiement échelonné d’une souscription de prévoyance funéraire est accepté dans le cas d‘un abonnement famille. Il est donc payable en deux fois, semestriellement.

Oui, il est possible d’annuler un abonnement de prévoyance funéraire à l’échéance de celui-ci moyennant un préavis de 3 mois. Par ailleurs, ces délais sont clairement stipulés dans les conditions générales.

Nous sommes joignables 24heures / 7 jours via notre téléphone au 0848 777 808. Vous pouvez prendre contacte contacte via le formulaire de contact ou par courriel à l’adresse info@dernier-voyage.ch. Nous vous rappelons dans les plus brefs délais.

FAQ - sOCIAL

Il n’existe pas de définition exacte de l’accompagnement spiritualité, mais dans un contexte général, la spiritualité est quelque chose que tout le monde peut expérimenter. Elle nous aide à trouver un sens et un but aux choses que nous apprécions. Elle peut apporter de l’espoir dans les moments de souffrance et de perte. Elle nous encourage à rechercher la paix avec nous-mêmes, les autres et l’au-delà.

Ces expériences font partie de l’être humain ; elles sont aussi présentes chez les personnes ayant un handicap mental et d’autres conditions, telles que la démence ou un traumatisme crânien, que chez n’importe qui d’autre. En outre, la spiritualité devient souvent plus importante en période de détresse, de stress émotionnel, de maladie physique et mentale, de perte, de deuil et d’approche de la mort. Tous les soins de santé tentent de soulager la douleur et de guérir, mais les bons soins de santé tentent de faire plus. La spiritualité met l’accent sur la guérison de la personne, et pas seulement de la maladie. Elle considère la vie comme un voyage, où les expériences bonnes et mauvaises peuvent vous aider à apprendre, à vous développer et à mûrir.

C’est un terme relativement nouveau. Alors que le soin spirituel est le nouveau mot pour “aumônerie”, la plupart des gens ont entendu parler des aumôniers d’hôpitaux ou des aumôniers militaire. Ce terme est légèrement dépassé car il indique ou fait allusion à une foi religieuse particulière, à savoir le christianisme. Un fournisseur de soins spirituels est une personne qui offre des soins ou des conseils spirituels à une personne, quelle que soit sa foi ou non. C’est un terme plus inclusif. Ainsi, en ce qui me concerne, dans le contexte dans lequel je travaille, j’ai des personnes de plusieurs confessions et d’aucune, que je suis là pour écouter et soutenir. Si la personne que je soutien est d’une autre foi que la mienne, je l’aide à puiser dans son système de croyance pour la soutenir. Si elle n’a pas de foi, je l’aide à découvrir ce qui lui donne du sens et à s’en inspirer pour trouver force et soutien.

Bonne question, ce n’est pas évident !
Les prestataires de soins spirituels, les psychologues et les psychiatres peuvent tous être des psychothérapeutes. Mais tous les psychothérapeutes ne sont pas des prestataires de soins spirituels, des psychologues ou des psychiatres.
Les psychiatres diagnostiquent des maladies et prescrivent des médicaments ; ils sont les seuls à pouvoir le faire. Les psychologues s’intéressent au fonctionnement de l’être humain, par exemple aux raisons pour lesquelles les gens pensent, agissent, interagissent et réagissent comme ils le font ; ils s’intéressent au comportement, aux pensées, aux sentiments et aux motivations. Beaucoup de psychologues font de la recherche ou travaillent dans un laboratoire et ne voient pas de clients. Mais certains voient des clients dans le cadre de leur pratique privée. Les psychothérapeutes étudient diverses modalités de conseil et de traitement à des fins de conseil, que ce soit en tête-à-tête ou en groupe. Ils peuvent se concentrer sur la gestion du stress et des mécanismes d’adaptation, les problèmes relationnels, les problèmes de dépendance, les traumatismes, etc. Un prestataire de soins spirituels se concentre sur l’aspect psycho-spirituel d’une personne, c’est-à-dire sur les cadres de la religion ou de la foi ou sur les sources de sens dans lesquelles la personne puise sa force pour avancer dans la vie.

Il existe plusieurs “écoles” ou modalités selon lesquelles un psychothérapeute peut aider les personnes à résoudre leurs problèmes. Je suis un fournisseur de soins spirituels. Il y a un débat sur la variation de la portée entre l’accompagnement spirituel et la psychothérapie. Certains les considèrent comme exclusives l’une de l’autre. Je crois qu’ils travaillent ensemble. L’une des modalités dans lesquelles je m’engage est la thérapie existentielle – c’est-à-dire que la vie a un sens – et parfois, les luttes que l’on rencontre dans la vie sont dues à un manque de but. On peut trouver un sens à tout. Je suis également d’avis qu’il n’y a pas de séparation entre le sacré et le profane et que, par conséquent, toute vie est sacrée. Par conséquent, le sens peut être trouvé dans une promenade dans les bois tout autant que dans la liturgie.

Je crois, essentiellement, que lors de la fondation de la psychologie et de la psychothérapie occidentales, l’objectif était de créer une science autour de ce domaine nouvellement découvert – quelque chose d’empirique qui pourrait être étudié et analysé. À la fin du 19e et au début du 20e siècle, la science s’éloignait de la religion. En fait, elles étaient considérées comme antithétiques l’une de l’autre. Pour obtenir du sérieux, la psychologie et la psychothérapie devaient être prises au sérieux, et la religion, qui d’un point de vue scientifique avait été “déboulonnée”, devait être évitée. Alors que nous passons à une vision du monde plus einsteinienne. Et pourtant Einstein disais lui même, je cite: «Je crois en une vie après la mort, tout simplement parce que l’énergie ne peut pas mourir; elle circule, se transforme et ne s’arrête jamais.»

Nous constatons que la science est une pratique spirituelle. Un mystère qui suscite l’émerveillement lorsque nous examinons les plus petites particules qui composent notre réalité. Je vois les deux se rapprocher : l’esprit et la science, une compréhension plus holistique et intégrée de l’univers. Dans certains ouvrages que j’ai lus ou certaines conférences que j’ai écoutées, les choses semblent aller dans ce sens. Notez que les chamans sont considérés comme les premiers psychothérapeutes, et pour les chamans, il est impossible de séparer l’esprit de la psychothérapie ; la psychothérapie est impossible sans l’âme.

Oui, c’est quelque chose que nous devons faire de plus en plus de nos jours. C’est une chose à laquelle j’ai fait allusion précédemment. La spiritualité ne se limite pas à la religion mais peut en faire partie. On peut être religieux et spirituel, mais pas nécessairement spirituel et religieux. Beaucoup de personnes s’identifient comme spirituelles, et la spiritualité englobe tous les aspects de la vie. En tant que fondateur de dernier voyage, l’accompagnement spirituels aideraient nos membres à puiser dans les choses qui leur apportent du sens, de la force et du réconfort, comme la religion, la peinture ou la nature. En fin de compte, les deux peuvent aller de pair, mais ils ne sont pas obligés ; c’est la distinction de ce qui apporte du réconfort au membre qui est la clé du soin spirituel.

Pour moi, l’esprit est l’essence de la vie. A titre d’exemple: dans le texte hébreu de la Genèse, c’est le mythe de la création où l’on comprend que Dieu a insufflé le souffle divin aux premiers êtres humains. Cela équivaut à “esprit” ; en fait, le mot utilisé ici est “ruwach”, qui signifie esprit en hébreu, donnant la vie aux êtres humains. L’esprit est la source de toute chose. Pour moi, la spiritualité est la pratique consistant à s’engager et à se souvenir de ce qui nous donne la vie. C’est différent pour chacun d’entre nous, mais c’est essentiellement la même chose – c’est la source qui nous fait respirer, qui nous fait avancer.

Je ne sais pas si j’utiliserais le mot “brisé” ; je préfère “meurtri”. Et les meurtrissures se produisent à des degrés divers. Les esprits meurtris sont le résultat de diverses expériences de vie. Je trouve cela fascinant, et je veux explorer davantage les réponses somatiques aux meurtrissures de l’esprit. En effet, les êtres humains sont résilients. Souvent, lorsque nous sommes meurtris, nous trouvons un moyen de continuer, ce n’est pas toujours un moyen idéal ou productif, mais c’est un mécanisme d’adaptation qui nous permet de continuer. Quel que soit l’état dans lequel il se trouve, l’esprit essaie de continuer, et avec le soutien du corps, il fait de son mieux.
Prenons un exemple: un enfant adopté peut avoir une ecchymose “d’abandon”. L’individu a peur d’être abandonné ou rejeté, et il est parfaitement logique qu’il porte cela sur lui. Son sentiment d’appartenance a été bouleversé. Comment cet enfant atténue-t-il sa peur du rejet ? Peut-être en se surpassant, en prouvant sa valeur ? Peut-être qu’il a une faible estime de soi et qu’il se dit que personne ne l’aimera jamais de toute façon, alors il cherche à soigner la peur de la perte d’amour, pour que cela ne fasse pas si mal ? Un esprit meurtri essaie de s’épanouir, mais, en raison des circonstances, il n’a pas les bons outils pour réussir – définir ce qu’est le succès est une toute autre réponse. Mais l’essentiel ici est que même s’il est meurtri, l’esprit continue d’essayer.

Je pense que l’accompagnement spirituel peut aider à réparer un esprit meurtri en découvrant ce qui donne vie à une personne et le rôle du fournisseur d’accompagnement spirituel est d’aider cette personne à trouver de nouvelles façons de puiser dans cette source d’énergie. D’abord, il est important de déballer ce qui est meurtri. Qu’est-ce qui ne fonctionne pas comme il le devrait ? Quelle est la cause profonde de ce problème, et chercher des moyens d’aider la personne à s’épanouir au lieu de survivre ? Trouver ce qui vous donne la vie – l’amour, l’appartenance, la joie, ces choses peuvent aider une personne à guérir.

Absolument. “Dieu” est plus grand qu’une seul confession, ou qu’une vision étroite de celle-ci. Et cela n’a rien à voir avec la foi ou l’absence de foi à laquelle une personne appartient. Comme nous l’avons dit plus haut, la spiritualité n’est pas basée sur la religion, elle peut l’être, mais elle ne doit pas l’être. Notre esprit – notre source de vie – peut être meurtri, mais peu importe qui vous êtes, ou quel système de foi vous suivez ou non, il est possible d’expérimenter une vie “pleine d’esprit”.Prenons encore l’exemple, d un enfant adopté peut avoir une ecchymose “d’abandon”. L’individu a peur d’être abandonné ou rejeté, et il est parfaitement logique qu’il porte cela sur lui. Son sentiment d’appartenance a été bouleversé. Comment cet enfant atténue-t-il sa peur du rejet ? Peut-être en se surpassant, en prouvant sa valeur ? Peut-être qu’il a une faible estime de soi et qu’il se dit que personne ne l’aimera jamais de toute façon, alors il cherche à soigner la peur de la perte d’amour, pour que cela ne fasse pas si mal ? Un esprit meurtri essaie de s’épanouir, mais, en raison des circonstances, il n’a pas les bons outils pour réussir – définir ce qu’est le succès est une toute autre réponse. Mais l’essentiel ici est que même s’il est meurtri, l’esprit continue d’essayer.

Oui. Ce qui est vital dans l’accompagnement spirituel, c’est que l’accompagnement spirituel peut vous être bénéfique quel que soit le système de croyance que vous suivez. Chez les bouddhistes, les chrétiens, les juifs, les musulmans et les unitariens, le soin spirituel est pratiqué dans toutes ces traditions et plus encore, et il est accessible à tous s’ils le souhaitent.

Les athées sont enterrés ou incinérés dans le cimetière. La société funéraire mandatée vous assiste dans ces étapes. Cependant, l’utilisation des services religieux par le ou la défunt(e) entraîne des frais connexes.

En effet, le surcoût survient si le ou la défunt(e) n’a pas payé sa taxe paroissiale. Une demande est écrite et validée par les dirigeants de l’église afin de connaître les causes du renoncement de la foi du ou de la défunt(e). Les cendres peuvent être répandues dans n’importe quel lieu après crémation. Toutefois, vous devez vous assurer de respecter les lois en vigueur quant à la sauvegarde des eaux et de la santé. Après la crémation, les cendres peuvent être stockées dans une vase de votre choix ou dans un édifice sépulcral.

Dans certaines localités suisses, l’organisation des funérailles religieuses est autorisée pour un athée. Toutefois, il revient à la famille du défunt d’en faire la demande selon les derniers souhaits du défunt.

Avec Dernier Voyage, appelez-nous simplement, on se charge du reste.